OU ETIEZ-VOUS DONC PASSE ?

« Quand on laisse s’exprimer la véritable personne au fond de soi, on rompt avec l’ennui »

Macha Makeïeff, metteur en scène et directrice du théâtre national de Marseille La Criée. Sa différence c’est son ouverture : metteur en scène de théâtre donc mais aussi d’opéra et de cinéma, plasticienne, essayiste, créatrice de costumes et de décors, d’identité visuelle et sentimentale, … Et tout cela est empreint d’une belle sensibilité et de beaucoup d’humanité.

Dans ses spectacles, c’est avec une bonne dose d’intelligence et de finesse que l’on entrevoit la fragilité, la vulnérabilité et la sensibilité des personnages, ils en deviennent beaux, magnifiques…

C’est cette inspiration qui me donne envie à présent, de vous dire, voire de vous crier ( !), que tout part de la belle personne au fond de chacun


MAIS QUI EST DONC CETTE BELLE PERSONNE ?

C’est cet être unique que nous avons pris bien soin d’enfermer dans une boîte à double tour. Pourquoi ? Pour rentrer dans le moule, dans les cases, dans le rang. Comme cette identité profonde véritable ne peut être formatée, la solution c’est de l’inhiber pour développer une entité imaginaire qui elle est « formatable » à l’infini, l’ego. C’est lui le responsable de nos comportements d’orgueil, de honte, de jalousie, de colère, de frustration, c’est lui qui nous incite à plus de contrôle, de maîtrise, de pouvoir, d’avoir, de calcul c’est lui qui est à l’origine de notre sentiment d’insécurité, de nos tensions, de nos peurs. Tandis que la vraie personne tapie au fond de nous, lorsqu’elle parvient à s’exprimer va engendrer de la spontanéité, de la bienveillance, de l’altruisme, de la gratitude, du bien-être, et… de l’amour !


VULNERABILITE OU FAIBLESSE ?

Exprimer sa vulnérabilité, ce n’est ni bien ni mal,  c’est simplement « être ».  Elle est à l’origine de notre créativité parce qu’intime et authentique. Elle est la source de nos actes de courage. C’est elle qui nous rend apte à aimer et rire. C’est donc la vulnérabilité qui nous fait oser, qui nous fait nous sentir différent.

Et la faiblesse alors ? Eh bien c’est toute cette énergie que l’on gaspille à cacher sa vulnérabilité ! Du coup, nous devenons très critique à l’égard de ceux qui ne cachent pas leurs émotions ou sentiments, ils nous dérangent parce qu’ils ne sont pas dans le moule, qu’ils osent être. N’oublions pas que ce que nous réprouvons le plus chez les autres c’est ce que nous refoulons le plus vigoureusement chez nous ! Or cette attitude nous fait voir les autres à travers ce qu’ils font au lieu de ce qu’ils sont…

Ecrire cet article pour vous, sans avoir la certitude qu’il sera apprécié ni même qu’il fera écho en vous, c’est la preuve de ma vulnérabilité.


ET L’ENNUI ?

« Oh moi je ne m’ennuie jamais ! Je suis bien trop occupé. »

Un jour ou l’autre, nous avons tous entendu ou prononcé cette phrase. N’est-ce pas ? Pourtant c’est confondre l’ennui avec l’inoccupation.

L’ennui, c’est le manque d’intérêt pour quelque chose, c’est une impression de vide, de monotonie, de routine pesante.
L’inoccupation c’est ne rien avoir à faire, ne pas avoir d’activité.

On peut donc tout à fait s’ennuyer ferme en étant hyperactif ou overbooké ! Etre ultra-occupé ne comblera jamais un vide. En revanche, dès que nous laissons notre véritable personne s’exprimer nous rompons avec l’ennui.

On peut s’ennuyer quand on « fait » mais on ne s’ennuie jamais quand on « est ».


QU’EST-CE QU’ETRE DIFFERENT AU JUSTE ?

Etre différent c’est justement ne pas chercher à l’être ou le devenir, c’est être soi-même tout simplement, sans artifice, sans faux-semblant. C’est laisser s’exprimer la personne que nous sommes au plus profond de nous.

Vous prenez 100 personnes à qui un jury donne une instruction, comme par exemple de nous parler d’elles. Si elles sont gouvernées par l’ego, elles vont tout d’abord se sentir en insécurité, elles auront peur, elles vont donc chercher à contrôler la situation au travers de réactions conditionnées et pour cela elles vont raconter ce qu’elles ont réalisé, donc ce qu’elles ont fait. Au final, même si les parcours sont différents, nous aurons 100 récits identiques ou très proches. Par contre si elles sont vraies, qu’elles ne se cachent pas derrière leur ego, elles n’auront pas peur du jugement, nous aurons ainsi 100 rendus différents car intimes et authentiques, elles nous auront simplement expliqué ce qu’elles sont.

Etre différent, réside donc dans notre capacité à « être » plutôt qu’à « faire ». Dans le « faire », nous allons chercher à nous montrer sous un jour plus flatteur, tandis que dans « l’être » nous n’allons rien chercher à montrer ni démontrer.

Or, ce qui n’est pas dit, exposé, en raconte bien davantage que ce qui est montré…


QUELS SONT LES INGREDIENTS POUR « ETRE » ?

Quelle voie avez-vous suivie jusqu’ici ? Quel chemin souhaitez vous parcourir ?

Si vous vous dites, « je suis quelqu’un d’anxieux, d’angoissé, j’ai toujours eu besoin de me sentir en sécurité affective et matérielle pour être bien ». Dans ce cas, dites-vous que « toujours » n’est jamais vrai !

Nous adoptons des comportements de peur, d’obstination, de colère, de méfiance croyant nous protéger alors qu’ils nous emprisonnent.

Nous mettons en place des mécanismes de contrôle qui nous donnent l’illusion de maîtriser notre vie. Pourtant, le contrôle alimente la peur alors que son but est d’en rejeter l’existence.

Un changement s’impose à vous ? Ne résistez pas, ça ne sert à rien, c’est repousser l’échéance. Acceptez ce qui doit advenir. Si vous pensez : « je ne peux pas ! », cela signifie « j’ai peur des conséquences émotionnelles si je le fais ». L’ego, par une attitude de contrôle, trace une ligne imaginaire à ne pas dépasser. Ceci porte un nom : résistance.

En revanche, si face à ce changement vous vous dites qu’il existe un chemin que vous ne connaissez pas encore mais qui ne demande qu’à s’ouvrir à vous, ça modifie grandement votre perception des choses, c’est aller vers l’espérance, vers votre essentiel, c’est « être ».

Remplacez le contrôle par l’autorisation. Autorisez-vous à écouter votre corps qui vous envoie des messages de tensions, de fatigue, de mal-être, de contraction…

Enfin, ne misez pas sur l’apparence physique, elle ne vous apportera que de l’insécurité. Etonnez-vous ! Réjouissez-vous ! Aimez ! Soyez !

Lorsque j’étais enfant, j’avais déjà envie de casser le moule mais le système scolaire s’est évertué à m’y faire rentrer, alors, je m’ennuyais. Mon échappatoire ? Les rêves. Je rêvais éveillée au grand désespoir de mes enseignants…  C’était ma façon de préserver ma liberté. Aujourd’hui, à travers le regard de la médecine chinoise et du Tao, je comprends qu’un chemin s’ouvre à moi et les quelques premiers pas que j’ai commencé à faire m’emplissent d’une grande soif de vivre, … d’être. Aussi, le besoin de vous l’écrire était impérieux, urgent.

Vulnérablement vôtre…

Sources d’inspiration :
Macha Makeïeff (interview sur France Inter du 18/12/2013 dans « Jour de Fred »)

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires